• Ariane

Survivre au confinement (2/3) : l'alimentation

Dernière mise à jour : 3 sept. 2020

Il n'est pas question ici d'une réforme globale de notre alimentation mais plutôt d'une adaptation aux circonstances actuelles de confinement que nous vivons.


Consommer des légumes et des fruits autant que possible. Je suis sidérée de voir les étals de légumes des supermarchés déborder alors que les rayons des conserves et des pâtes sont vides. C'est bien l'inverse qu'il faut faire ! Les fruits et les légumes apportent les fibres, les vitamines et les minéraux indispensables au bon fonctionnement de notre organisme. Ils devraient composer 50 % de notre assiette. Si vous redoutez que le virus stagne sur vos légumes, mettez-les 3 ou 4 heures en quarantaine puis lavez-les à l'eau claire, épluchez-les et/ou faites-les cuire. Le virus ne résiste pas à une température de plus de 60 degrés. Idem pour les fruits, que vous pouvez aussi peler ou faire cuire. Cela évitera aussi la faillite de nos petits producteurs !

(Merci à Biocoop pour l'illustration)


Réduire les quantités. Notre activité physique étant réduite, il est inutile de surcharger l'organisme, ce qui nuirait au bon fonctionnement du système immunitaire. La digestion demande beaucoup d'énergie à notre coprs. Cette énergie, qui pourrait servir à la régénération de nos cellules et à la réparation des tissus, se retrouve ainsi détournée au profit de la digestion.


Limiter les produits laitiers : qui ne sont vraiment plus nos meilleurs copains... Ils sont très acidifiants pour l'organisme et encrassent les voies respiratoires par la production de mucus qu'ils génèrent. Seuls les yaourts natures ou le lait fermenté (kéfir, lait Ribot, etc.) présentent un intérêt pour le microbiote intestinal et notre système immunitaire car ils contiennent des souches de bonnes bactéries.


La viande rouge augmente notre agressivité. Le sucre rend les enfants hyperactifs...

Limiter les sucres, les céréales et les féculents : qui apportent peu de vitamines et beaucoup de glucides dont nous n'avons pas besoin. A moins de tenter le marathon sur votre balcon, gare à la prise de poids !


Réduire la consommation de viande et de charcuterie : deux fois par semaine suffit amplement. Préférez les viandes blanches. La digestion des protéines animales (de la viande donc) produit beaucoup de déchets - les fameuses purines - que notre corps a du mal à éliminer. D'autant plus quand l'activité physique est réduite.. En outre, consommer beaucoup de viande rouge augmenterait l'agressivité.



Gare aux apéros quotidiens...

Ce n'est pas parce qu'on est à la maison que c'est samedi soir TOUS les soirs. Il faut savoir que l 'alcool n'est autre que du sucre qui passe directement dans le sang. Le sucre qui n'est pas consommé par manque d'activité est stocké sous forme de graisse. Sans compter les chips et le saucisson qui y sont souvent associés.

Pour celles et ceux qui ressentent le besoin de s'enivrer pour faire retomber la pression, pourquoi ne pas essayer une petite séance de cardio ou de fitness ? Ca permet de libérer l'énergie et les tensions accumulées et de fabriquer des endorphines, les hormones du plaisir, de la récompense, du bien-être... Et pour ceux qui auraient manqué le January dry*, c'est le moment du Mars Dry* voire du April Dry* !

Nos alliés santé en période virale

- Les épices et aromates : ail, persil, curcuma, thym, romarin, gingembre, etc.

- La vitamine C : dans les fruits et légumes et sous forme d'acérola naturelle - 2 à 3 grammes par jour. Elle renforce nos défenses immunitaires, tout comme le Zinc (huîtres, viande rouge), le Sélénium (poissons et crustacés) et la vitamine E (huiles de germe de blé, de colza..).


Ma tisane cocoon :

Dans une eau frémissante, laisser infuser :

- 2/3 branches de thym (frais de préférence)

- 1 rondelle de gingembre frais

- 1 rondelle de citron bio avec la peau.

- Rajouter une 1/2 cuillère à café de miel quand l'eau devient moins chaude.

60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout